La boutique de mode caritative pour femmes de Vancouver fête ses 20 ans
La boutique de mode caritative pour femmes de Vancouver fête ses 20 ans

La boutique de mode caritative pour femmes de Vancouver fête ses 20 ans


Il est géré à 100 % par des bénévoles.

Une organisation de Vancouver qui aide directement les femmes victimes de violence a franchi une étape importante.

Le placard de ma soeur fête ses 20 ans d’existence. Au cours des deux dernières décennies, la boutique éco-mode du centre-ville est devenue une sorte de repère local.

Le magasin est une entreprise sociale de Services de soutien aux femmes battues (BWSS), un groupe qui fournit une éducation, un plaidoyer et un soutien contre la violence domestique basée sur le genre.

BWSS a répondu à 32 000 demandes de service l’année dernière, contre 18 000 l’année précédente.

My Sister’s Closet est entièrement géré par des bénévoles et 100 % des revenus du détaillant financent les programmes et services BWSS.

« Nous sommes profondément enracinés dans les communautés dans lesquelles nous opérons. Nous avons eu un énorme succès en ayant des équipes incroyables de femmes et de filles auto-identifiées qui se sont ralliées à la cause pour mettre fin à la violence sexiste », explique la bénévole Kristina Moser.

La maison de la devanture des rues Seymour et Helmcken est également un aspect important de son histoire. Le pâté de maisons environnant était fréquenté par les travailleuses du sexe dans les années 80 et 90. L’emplacement du magasin a été choisi pour être près du site où la travailleuse du sexe Elaine Allenbach a disparu en 1986.

En plus de divers vêtements haut de gamme, My Sister’s Closet vend une gamme d’accessoires et d’articles artisanaux fabriqués localement. Il existe même une sélection de vêtements pour hommes, baptisée My Brother’s Corner.

Un deuxième magasin sur Commercial Dr. et une boutique en ligne, qui garantit un soutien accessible, aident également BWSS à promouvoir l’égalité et la sécurité pour toutes les femmes.

« Chaque jour, nous assistons à l’impact que nous avons sur la vie des femmes, la vie des familles, la vie des enfants. Nous voyons chaque jour comment non seulement nous changeons, mais nous sauvons des vies », ajoute Moser.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *